Parcours "Culture G+"

Au-delà du programme de BTS, 2h supplémentaires tous les 15 jours sur des thématiques variées pour développer votre culture générale  :

la tour de Babel

La Tour de Babel -  Pieter Bruegel 1563 - Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)
La Tour de Babel - Pieter Bruegel 1563 - Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)

L’interprétation classique voit dans ce récit le début de la division des langues. Nous montrons dans cette séance consacrée à ce chapitre 11 du livre de la Genèse que telle n’est pas la signification du texte hébreu. La preuve est apportée par le chapitre précédent qui affirme que déjà existaient de multiples nations parlant chacune leur langue (Genèse 10,31). Nous retournons donc au texte hébreu et en trouvons la confirmation. En effet, les mots « safa » (les lèvres et donc la langue parlée) et « lashon » (du verbe lash qui veut dire pétrir et qui désigne plutôt la pensée) ne signifient pas la même chose, même si les traducteurs ont pris l’habitude de les confondre.

 

Alors que représente cette tour que ces hommes de toutes les nations décident de construire ? L’humanité est régulièrement confrontée au désir puis à la violence mimétiques (René Girard) qui risquent de la détruire : les hommes se jalousent et se haïssent. Pour supprimer la violence, le politique a souvent la tentation de supprimer les différences entre les hommes. Tel fut le projet du roi Nimrod : leur faire construire une tour immense afin d’assurer la concorde autour de ce seul et unique projet. C’est donc une société totalitaire qui est mise en place, dans laquelle l’individu est de plus en plus sommé d’effacer sa singularité. Cette concorde n’est pas humaine puisqu’elle n’est pas fondée sur l’amour fraternel entre esprits libres, mais sur la soumission de chacun au tout. C’est sur une note d’espérance que nous laisse le texte qui affirme que Dieu ne saurait tolérer très longtemps de tels projets.

 

le vêtement, cet artifice qui dévoile

 

Nous montrons aux étudiants, à travers l'histoire de la mode, la signification cachée du vêtement.  Comment nous sommes passés du vêtement fonctionnel, à la mode unisexe, en passant par la haute couture et le vêtement trans-générationnel.

Notre culture a deux sources intellectuelles : Athènes et Jérusalem

Comment comprendre l'apport de ces deux cultures à notre civilisation ? Ulysse et/ou Abraham ?

nous avons proposé aux étudiants, lors de cette séance, une "mythologie" comparée. (Le terme de mythologie étant pris ici dans un sens non péjoratif, mais au sens de principe fondateur). 

 

Cela a été l’occasion de rappeler quelques notions des mythologies grecques et bibliques. Nous avons convoqué, à l'appui de ce cours, des extraits d'Hésiode, d'Homère, de Platon,  de Plotin, du livre de la Genèse (Béréchit), mais également des Lettres de saint Paul, ou encore d'Emmanuel Lévinas, Henri Bergson, Mircea Eliade et Claude Tresmontant.


L'homme, l'étant sans nature - Introduction à la signification du courant Humaniste

 

Le film de Woody  Allen, Zelig, met en scène un homme qui adopte toujours le comportement et la mentalité du milieu qu'il fréquente. Avec ce film, le cinéaste américain interroge la personnalité. N'est-elle, ainsi que le suggère l'étymologie, que le masque qui nous cache à nous-mêmes ? D'où vient cette plasticité ? 

Afin de mieux saisir la signification, nous aborderons les grandes lignes de la pensée humaniste, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours.

Nous voyons comment l'humanisme moderne retrouve une idée biblique que l'influence grecque nous avait fait oublier : l'homme est cet étant qui dans la nature n'a pas de nature, il est, pour parler comme J.J. Rousseau, un être perfectible .

 

Nous convoquons pour appuyer notre démonstration des textes de Pic de la Mirandole, de Jean-Jacques Rousseau mais également de Vercors et Jean-Paul Sartre.


MARC CHAGALL, PEINTRE BIBLIQUE

  • Quelques éléments biographiques, avec extraits d’entretiens donnés par le peintre
  • Son esthétique
  • Son symbolisme

 

Nous nous sommes appuyés principalement sur l’analyse du tableau : L’Exode (1952)